Chaudière biomasse individuelle

Jusqu’à 30% d’économies
Confort optimal en toute saison
Valorisation du bien
Des meilleures performances énergétiques

Tout d’abord, la consommation énergétique de ce type de chaudière est plus faible que celle des chaudières classiques.

La quantité d’énergie produite par rapport à la quantité d’énergie consommée est plus importante : on dit qu’elle a un meilleur rendement.

Mais en plus, le combustible utilisé est nettement moins cher que le gaz ou le fioul d’une chaudière traditionnelle : on utilise généralement du bois ou des déchets d’animaux.

Ces combustibles émettent moins de gaz à effet de serre ! Vous respectez donc l’environnement en limitant l’utilisation de ressources rares.

Globalement, on constate une économie de 30% sur votre facture de chauffage !

Comment marche une chaudière biomasse ?

Le fonctionnement d’une chaudière biomasse individuelle est exactement le même que celui des autres chaudières :
Une chaudière biomasse individuelle brûle un combustible pour créer de la chaleur.

La différence, c’est le combustible lui même ! Au lieu d’utiliser des ressources fossiles comme le gaz ou le fioul, la chaudière biomasse individuelle utilise des ressources naturelles.

Pour faire fonctionner une chaudière biomasse individuelle, on utilise du bois (sous forme de granulés ou de copeaux) ou des déchets d’animaux.

Mais sinon, le fonctionnement est le même : la combustion dégage de la chaleur, elle est récupérée et transmise à vos émetteurs de chauffage grâce au fluide frigorigène.

Quelle chaudière choisir ?

Même si le bois constitue un combustible organique recommandé, il peut engendrer l’émission de polluants lorsqu’il est brûlé dans une chaudière de mauvaise qualité (particules fines dans l’air, composés volatils).

Aussi, il est avisé de choisir un appareil performant qui réponde, au minimum, aux critères de la norme NF EN 303.5 (classe 5) ou qui porte le label « Flamme Verte ».

Certaines règles doivent aussi être prises en compte :

  • Application des normes DTU
  • Obligation de renforcer le sol, si nécessaire
  • Mise en place de circuits hydrauliques
  • Ajout d’équipements d’isolation et/ou de ventilation pour renouveler l’air intérieur

Pour les ménages les plus modestes, qui répondent à certains critères, il existe depuis 2015 la possibilité de toucher des primes plus importantes pour lutter contre la précarité énergétique. Dans certains cas, le ménage qui réalise des travaux de rénovation énergétique peut les voir pris en charge en très grande partie par l’Etat.

N’hésitez pas à procéder aux simulations qui vous permettront de savoir si vous pouvez être concerné par ce dispositif.

Faites vous accompagner par un professionnel !